en français, Non classé

:: Une maman comme les autres… ::

Donc l’autre jour j’ai recroisé mon sage-femme. Le pourquoi est une autre histoire, mais à un moment dans la conversation il m’a dit cette phrase qui depuis ne cesse de tourner dans ma tête. Cette phrase c’était: « Les mamans comme vous sont très intéressantes, attachantes mais tellement énergivore que je ne sais si je pourrais travailler à domicile ou en maison de naissance ». Alors juste après la pensée assassine du genre « Allez hop, une bonne péri et on est tranquille en immobilisant ces mamans qui accouchent » et « donc les autres mamans sont de braves brebis? », je me suis sentie un peu blessée et marginalisée. J’ai mentalement revue ma dégaine du jour, et en effet, le farfadet était porté en sling contre moi, je portais encore un de mes éternels sarouals et mon dossier médical avec marqué en gros et rouge « Projet d’AAD » dessus . Mais à part ces trois « accessoires », je ne voyez pas ce que voulait dire le « comme vous ». 
Maintenant, si je regarde les faits en face, en effet, je fait partie de ces femmes qui suivent ce soit-disant phénomène de mode qu’est le « maternage ». J’ai souhaité un accouchement à domicile et à défaut un accouchement en structure avec un projet de naissance physiologique sans analgésie de la péridurale par exemple. J’ai choisi de faire un suivi de grossesse par une sage-femme libérale, j’ai choisi d’allaiter jusqu’à ce que l’allaitement ne me/lui/nous ne conviennent plus, j’ai choisi de faire du cododo avec le farfadet, de me passer de poussette pour justifier mes achats compulsifs de moyens de portage (mouahahahahaha) et tout comme le korrigan avant lui, le farfadet est en couches lavables. Et quand l’heure sera venue je compte bien ne pas engraisser l’industrie du petit pot de bébé et de laisser le farfadet mener sa diversification. Je fais ce que moi j’estime être bien pour mon bébé. Et finalement je ne fais aussi que reproduire ce que moi et mes frères et sœur avons vécus grâce au maternage de ma maman il y a 30 ans, parce que en Allemagne tout cela se pratiquait (déjà) et que c’était dans les normes. Je dis bien les normes, car en Allemagne tu fais ce qu’il te plait à ce niveau et tu envoie péter les autres mamans, qui elles aussi n’en font qu’à leur idée et c’est très bien ainsi.
Mais apparemment en France, encore de nos jours, je suis un OVNI, je fais partie de ces marginaux qui nous divertissent en soirées avec leurs idées, alors que à côté de ça on nous dévisage (OK, le plus souvent par curiosité) quand ils nous voient porter nos bébés en écharpe ou allaiter en public. Alors que dans les faits:
  • Je suis une maman qui a attendu son bébé avec impatience, comme tant d’autres mamans.
  • Je suis une maman qui en a eu marre aussi d’être enceinte,comme tant d’autres mamans.
  • Je suis une maman qui avait une idée précise sur comment elle souhaitait accoucher, comme tant d’autres mamans, et quelle que soit la manière.
  • Je suis une maman qui aime éperdument ces trois petit gars, comme tant d’autres mamans.
  • Je suis une maman qui ne veut que le meilleur pour ses enfants selon ses convictions, comme tant d’autres mamans.
http://argwarchbreizhek.blogspot.fr/2015/09/une-maman-comme-les-autres.html
© Ar Gwarc’h
Alors Messieurs Dames, la prochaine fois que vous voyez une maman qui n’élève pas ses enfants comme vous, ne levez pas les sourcils et ne nous rangez pas dans des catégories trop strictes. Sans doute que voir des bébés en poussette, biberonnés et nourri au petit pots font trop parti du patrimoine culturel quotidien pour qu’on les regarde de travers, mais qui dit que ces mamans là ne mangent pas que bio à la maison ou n’ont pas de voiture ou ne votent pas écolos? Leur « maternage » est un invisible. Et puis même qu’on s’en fout, car materner son enfant ce n’est pas un pack complet livré avec tout les clichés hippy allant de la Communication Non Violente à la peau d’agneau dans le berceau si berceau il y a, tout comme la working woman en talon aiguilles peut tout à fait allaiter son enfant jusqu’à son sevrage naturel PARCE QU’ELLE la choisit. D’ailleurs, une de mes meilleures amies est accro à sa poussette de compète et ça ne nous empêche pas d’aller se promener côte à côte, chacune avec son moyen de transport de nain.

Chaque maman, chaque papa (parce qu’il faut quand même aussi parler d’eux, même si un papa paternant passe tout de suite mieux qu’une maman materno-fusionnelle, voir même devient sexy aux yeux des autres femmes), chaque couple parental doit trouver son compte, son équilibre dans sa manière d’élever ses enfants. Ils font juste pour le mieux avec les outils qu’ils ont choisis. 

Bref, je suis une maman comme les autres. Et vous? Vous en pensez quoi? Êtes vous une maman comme les autres ou aimez vous être marginale?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

3 thoughts on “:: Une maman comme les autres… ::”

  1. perso, je m'en fous de ce que peuvent penser les gens !!
    J'habite un quartier kaki, donc autant dire que le formatage ici est à 1000% mouaaaaaa !!
    Je prends même un malin / coquin plaisir à prendre un moyen de portage différent chaque jour voire le matin et le soir hihi !!!
    Et quand on me demande pourquoi MiniKoala n'est pas en poussette, je réponds que je n'en ai pas et je rigole en voyant la tête de la personne 😀
    Quand je dis que j'allaite toujours à 15 mois, je réponds que PetitKoala a tété jusqu'à 27 mois donc j'ai encore le temps pour le sevrage !!
    Bref, je suis une maman comme les autres, et surtout comme je le veux naméo !! c'est moi qui est porté, accouché de ce minikoala alors c'est moi qui décide !

  2. Pour ma part, j'étais déjà une maman pratiquant tout ça dès 1997 quand mon grand est né et vraiment, vraiment je passais pour une extra-terrestre. En France à l'époque, PERSONNE ne faisait comme ça et la LLL passait pour être une secte dangereuse. D'ailleurs, quelques années plus tard, après qu'internet soit arrivé, on avait créé (oui parce qu'entre temps, j'en avais trouvé d'autres comme moi sur internet) une discussion des mamans E-T sur un forum.

    Mes enfants ont été portés en écharpe, en sling, en ergo-baby, mais j'ai aussi une poussette de compète. J'ai donné des petits pots mais aussi connu la DME parce qu'en fait, ce n'est pas moi qui décide, c'est mon enfant.
    J'ai pratiqué le co-dodo, le sommeil familial et je le pratique toujours avec mon petit dernier qui vient d'avoir 2 ans. J'ai langé en couches jetables ou lavables suivant mon équipement, mon temps disponible et les circonstances.
    J'ai été maman au foyer qui materne et allaite longtemps et j'ai aussi été (et je suis toujours) une working-mama (pas en talons aiguilles en revanche !) qui tire son lait au bureau et allaite jusqu'au sevrage naturel.
    Et ça me convient. Je crois vraiment qu'il faut faire comme on le sent 🙂

  3. La poussette j’ai jamais voulu (je trouve ça tellement bizarre dans l’idée), d’autant plus que ça me rappelait le boulo (ass mat à l’époque)
    je n’ai ni porté ni accouché mes enfants, et par bien des égards, malgré mes convictions, c’est eux qui décident, enfin j’veux dire, je m’adapte, avec de grandes difficultés parfois il faut avouer

    le regards des autres…le coté maternage/écolo/hippy n’évite ni les propos racistes, ni la condescendance , ni les maladresses liées à l’ignorance (qu’on peut comprendre) malheureusement, on apprend à faire avec. Ou de s’en ficher comme du premier caca qui déborde d’une CL…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *