Non classé

:: J’ai testé pour vous: la Version par Manœuvre Externe (titre à fort potentiel ironique) ::

Ainsi donc, depuis le début de la grossesse, le bébé d’été bouge beaucoup, aime faire des galipettes et explorer les confins de son espace-habitat limité. Ainsi ce ne fut presque pas une surprise lorsque lors de la troisième échographie officielle, notre gynéco nous annonce qu’on avait gagné une échographie de plus car bébé était en siège! Youpi! (tout le reste allait bien sûr merveilleusement bien, même si on nous redit une fois de plus que ce bébé sera un géant, vu que déjà estimé à 2kg200).
Rentrés chez nous, je ressors mes fichiers pratiques doulas et recherche des infos sur comment aider bébé à se retourner. A 32 SA, nous sommes encore larges et ma sage-femme libérale n’est absolument pas affolée. Ainsi, gentiment tous les soirs, et ce au plus grand plaisir du troll et du korrigan, je fait les exercices décrits dans les liens ci-dessous, je prends des bains chauds avec des poches de glace sur le dessus du ventre et fait est, que lors de mon rendez-vous du 8ème mois, petite écho de contrôle et bébé a la tête en bas. Mais on maintient l’écho des 36 SA lors de la dernière visite prénatale au cas où…

C’est donc confiants et heureux de savoir que bébé a la tête en bas que nous allons à notre rdv. C’est alors que nous recevons un énorme coup de massue sur la tête: bébé, à force de gigoter, s’est mis en transverse, tête en bas à gauche et fesse sous mon pancréas. Gygy est bien embêtée et se met à téléphoner à la maternité pour nous programmer une version manuelle externe d’urgence, en précisant bien à la SF de garde qu’il s’agit d’un projet d’AAD. Elle nous explique en trois mots la manœuvre et nous envoie à la maternité où nous sommes attendus. A ce moment là, j’ai en mémoire la vidéo d’une VME toute douce faite par un gynécologue et je ne suis pas trop inquiète.
Nous arrivons à la maternité, où une salle est déjà prête pour nous. Une aide soignante nous accueille et nous demande si on nous a expliqué la procédure. Nous nions et elle bredouille un « Ah! Ah ben alors heu. Ben on va vous expliquer hein! Allongez vous, on va faire un monito! » On m’installe pour une demi-heure de monito et je rencontre enfin une sage-femme qui décide, suite à l’absence de contractions de m’administrer un comprimé d’Adal*te tout les 1/4 d’heures afin de détendre mon utérus. Paye tes effets secondaires de l’Adal*te: je commence à suer, à avoir très chaud, je ressemble à une tomate. On nous fait signer un formulaire de consentement car il y a en effet un risque que lors de la version manuelle il y ait rupture de la poche des eaux ou début du travail. C’est pour cela qu’on ne recommande les version qu’à partir de 36 SA. a
Arrive la gynécologue alors qui doit effectuer la version avec la sage-femme. Elles pratiquent une échographie (sic, encore une!) et négocient sur qui va tourner quelle partie du bébé. On m’allonge complètement puis sans prévenir elles vont appuyer de toutes leurs forces dans un sens puis l’autre pour essayer d’attraper bébé à travers la peau du ventre et de l’utérus pour le tourner sous le regard impuissant du viking qui me voit souffrir. J’ai honnêtement rarement eu aussi mal de toute ma vie. Contrôle à l’écho: bébé n’a pas bougé d’un iota. Elles décident alors d’appeler un collègue gynécologue qui a des plus grandes mains. J’ai le droit d’aller soulager ma vessie et pendant que je suis aux toilettes, j’entend la sage-femme passer un interrogatoire au viking: sur où nous avons l’intention d’accoucher, qui nous suit, si nous sommes à jour dans le suivi de grossesse etc… pensant que le viking allait cracher une information préjudiciable sur notre projet d’AAD. 
Copyright: naîtreetgrandir.com
Le collegue gynécologue arrive et en effet, il n’a pas des mains, il a des pelles. On recommence le manège: allongée à plat sur le dos, on vérifie la position du bébé et il plonge littéralement ses mains dans la peau souple de mon ventre pour tourner le bébé. A nouveau je commence à voir des étoiles et le viking souffre immobile sur sa chaise sans pouvoir dire ni faire quoi que ce soit. Ils essayent d’effectuer la rotation des quelques degrés pour mettre le bébé tête en bas. Voyant que ça coince, je ne sais pour quelle raison mystérieuse, ils décident de tourner le bébé de 150° jusqu’à obtenir… un magnifique siège. Le bébé d’été doit en avoir ras le bol à ce moment là et il fléchit la tête en arrière en écartant les bras. « Stop, on arrête tout. On vous remercie d’être venue Madame, on ne peut plus rien faire, on risque de briser la nuque de votre bébé in utéro. Au passage, pour votre projet d’AAD c’est mort, mais peut-être que vous pourrez accoucher chez nous d’un joli siège par voie basse. » 
Nous sommes abasourdis. On est jeudi, la sage-femme et les gynécos me programment alors une pelvimétrie par scanner (les gens qui me connaissent, connaissent aussi mon bassin olympique légendaire qui a expulsé un korrigan de 4kg500 sans problèmes il y a 4 ans), une séance acupuncture et une nouvelle version pour le début de la semaine suivante. On me sert un repas insipide à la va vite sans un quignon de pain pour le viking et au revoir Madame, à bientôt.
Nous repartons sonnés, violentés dans notre parentalité et moi dans mon corps. Si nous avions été mieux informés en une seule fois, et non par distillation de bribes d’informations par quatre soignants différents, nous n’aurions sans doute pas accepté, pour au final avoir à nouveau un bébé en siège alors qu’il lui manquait que quelques degrés pour retourner tête en bas en continuant mes gymnastiques diverses et variées. Pour la suite, l’équipe nous impose un protocole à suivre assez chargé, mais ça fera l’objet d’un autre article riche en rebondissement.
Et vous, avez vous subi une version par manœuvre externe? Quel souvenir en gardez vous? Avez vous eu un bébé en siège? S’est-il retourné? Qu’avez vous fait pour l’aider à se retourner?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *