Non classé

:: Une Doula, c’est quoi? ::

Depuis que la Gwarc’h a fait sa formation de Doula en 2009, beaucoup de monde lui demande ce que c’est, s’il s’agit d’un phénomène de mode, depuis quand cela existe etc… Avec l’aide du site de Doulas de France, la Gwarc’h va essayer de vous apporter quelques informations, pistes de réflexions et liens à visiter. Après n’hésitez pas à venir me poser des questions afin d’échanger sur cette magnifique profession qu’est le métier de Doula. Bonne lecture!
Le mot « doula », (du grec ancien), est utilisé aujourd’hui dans le domaine de la périnatalité, pour nommer une femme qui a pour vocation d’aider une autre femme et son entourage pendant la grossesse, l’accouchement et la période postnatale, grâce à son expérience et à sa formation. Elle incarne la figure féminine qui se tenait autrefois auprès de la femme qui met au monde son bébé, aux côtés de la sage-femme.
Aux Etats-Unis le mot « doula » est entré dans le dictionnaire et désigne une femme qui accompagne la mère pendant la périnatalité. En France, le mot a enfin fait son apparition dans le Hachette en 2011:
  • Elle accompagne, soutient, entoure, les femmes seules ou les couples, et leurs proches. 
  • Elle n’exerce pas le métier de sage-femme. 
  • Elle s’engage à la confidentialité et se soumet au secret professionnel. 
Il n’existe pas un modèle unique de doula en effet il y a autant de doulas différentes que de femmes. 
Aujourd’hui en France, il est rare qu’une mère soit suivie par la même personne tout au long de la grossesse, rare qu’elle connaisse la sage-femme qui sera présente lors de son accouchement et qu’elle ait pu établir une relation de confiance avec elle. Il est rare que la même sage-femme soit présente tout au long de l’accouchement surtout s’il est long. Si la mère est suivie par un obstétricien, si tout se déroule normalement, il est rare de le voir avant la phase ultime du travail. Dans la période postnatale, et au cours de l’allaitement, la femme voit, là encore, une sage-femme différente, des puéricultrices, infirmières, auxiliaires, aides soignantes, pédiatre, etc… toutes personnes, certes, hautement qualifiées, mais qui sont le plus souvent étrangères pour elle.
Les visites prénatales sont dans la plupart des cas très courtes, les cours de préparation, quand ils existent, peuvent être donnés par des sages-femmes encore une fois différentes, et les informations peuvent varier d’une personne à l’autre, ce qui est désorientant.
Le sentiment de sécurité intérieure de la mère est une clé pour qu’un accouchement se passe bien. L’environnement médical ne contribue qu’exceptionnellement à la sécurité affective et inconsciente de la mère. La présence d’une doula est une bonne réponse à ce besoin. Elle crée une continuité, établit une relation de confiance, de complicité et d’intimité de femme à femme, ce qui permet à la mère de se sentir en sécurité à chacune des étapes du déroulement de la naissance. 
Elle peut intervenir avant même la conception, et étendre ses services jusque dans la période postnatale, celle-ci étant définie de la naissance à… 3 ans. 
Des essais cliniques randomisés (références sur le site www.doulas.info) sur le soutien émotionnel et physique pendant le travail ont démontré de multiples avantages :
  • 50% de diminution du taux de césarienne
  • 25% de réduction du temps de travail 
  • 60% de réduction de demande de péridurale 
  • 30% de réduction d’utilisation d’analgésique 
  • 40% réduction de l’utilisation de forceps 
The Doula Book How a Trainer Labor Companion Can Help You Have a Shorter, Easier and Healthier Birth – Second edition- by Marshall, Phyllis Klaus and John Kennell (Perseus Press, 2002) 
Pour aller plus loin je vous invite à consulter les sites suivants: 

plus spécifiquement
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *