Non classé

:: Foutue hyperphagie ::

Dure soirée que celle d’hier soir. Voir même la journée car elle a été rythmée toute au long par des crises de hyperphagie. Elles arrivent sans prévenir et me font ingurgiter tout et n’importe quoi en un temps record. La perte de contrôle totale. Les gestes automatiques qui font ouvrir les placardds, le frigo, la corbeille à fruits,… Puis le repus. La pause. Le cerveau satisfait est calmé, apaisé. Jusqu’à la prochaine crise qui arrivera quelques heures après. Pourquoi ont-elles été particulièrement violentes aujourd’hui? J’ai peur. Peur de ma cervelle malade qui dit à mon corps de combler un vide par la nourriture. Mais quel vide? Je n’avais pas fait de crises depuis 2 semaines, à vrai dire je n’y pensais même plus. Puis soudain, aujourd’hui la déchéance totale. J’ai honte. Surtout que celà a aussi chamboulé le rythme de la journée de chaton, lui ne comprennant pas pourquoi sa mère ingurgitait cette quantité de nourriture. Puis bin sûr, lui aussi voulait grignoter, profiter du « ‘colat » que ca mère mange devant ses yeux. A la fin de la journée, je l’ai couché, étant moi-même chamboulée, ne sachant pas si mon fils avait assez mangé avec cette journée particulièrement chaotique sur le plan alimentaire. Et inlassablement, l’aiguille de la balance penche de plus en plus vers la droite, mon corps se déforme et devient une prison de chair. He suis atteinte d’une maladie honteuse pour notre société, voir associé à un péché capital de notre chère morale judéo-chrétienne. Je suis atteinte d’hyperphagie qui est une prise excessive d’aliments avec perte des propres limites et du contrôle de soi.

Celle-ci peut être d’origine familiale ou résulter de mauvaises habitudes alimentaires, en particulier elle peut être la conséquence de régimes trop restrictifs.

Elle peut prendre la forme d’agapes transitoires et occasionnelles ou se présenter comme un grignotage permanent. L’Hyperphagie et la Boulimie présentent des tableaux assez différents. Contrairement à la boulimie, l’hyperphagie ne se présente pas sous forme de crises aiguës suivies de vomissements et ne comporte pas de comportements compensatoires comme la prise de purgatif, le jeûne, ou l’exercice physique excessif.
C’est plutôt une forme de grignotage permanent ou une prise de quantité d’aliments largement supérieure à la moyenne alimentaire avec total déséquilibre nutritionnel qui amène bien évidemment une prise de poids plus ou moins importante.
Ce type de comportement alimentaire est souvent causé par une dépression réelle exprimée ou non. Cette frénésie alimentaire sert justement de consolation, de compensation à un état dépressif qui fait que l’on se sent anxieux, seul, fatigué ou que l’on s’ennuie.
La mise en place de régimes restrictifs dans ce contexte dépressif est inefficace et aggrave souvent le syndrome. Seules les psychothérapies (psychanalytiques) et éventuellement un traitement antidépresseur ont fait preuve d’une efficacité.

Pour en savoir plus sur l’hyperphagie, cliquez sur ce lien.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *